5 November 2004, interview of Graham Coxon by Maryse Laloux
Aéronef, Lille, France

English version here - French version below

Last week-end there was an exhibition of your drawings & paintings in London. What sort of audience do you hope to appeal to with your work?
I didn’t think about it really… um… it wasn’t a matter of appealing to anybody and certainly not any particular audience. I haven’t thought that far with it really, I’m still trying to think about what I’m doing visually, I’m still confused about that. So really it was an exhibition of stuff I’ve done over the years that, erm, is not necessarily focused or, erm, erm, consistent in any way. But that’s what I’m hoping to work on at some point soon as well, work out where I am visually because I think now really over the last three years I’ve worked out what my roots are musically after much confusion in my twenties, so now I think, er, maybe it might be time to find out where I am visually, in visual language, you know, apart from my artwork for the album.

Would you be interested in creating a multimedia show, a type of exhibition where you combined your music and paintings?
Not really. No, I think it’s overkill, you know. I did some, er, some acoustic shows at the private view and I just got embarrassed, there was too much of me around, you know. So I don’t like that idea. I like to keep it separate, in a way. For other people, fine, but for me I don’t like my visual work to be mixed with my music.

When you do the artwork for you albums and singles, do the songs inspire the artwork or vice versa?
Er… no, the artwork has to in some way encapsulate the records, definitely.

Which is more challenging to you, exposing yourself through painting or playing your music for people?
Challenging isn’t the right word, really. Er… I don’t… I guess I find both… I mean, at the beginning of this year I found the idea of playing in front of people extremely scary, but I’ve done it a lot now and I’m very relaxed, erm, so with the exhibition I was very sc… So challenge isn’t the word, it’s more like which is the more scary. But I think, erm, since…. I think being scared is a good reason to do anything, if you’re afraid of it, so that’s why I’ve agreed to do things even though it’s very uncomfortable for me, so yeah.

Where do your videos fit in? Are they an important aspect of your work as an artist?
No. I don’t think video’s important. Mostly I view video as a waste of money for everybody and, er, yeah, it’s mostly a total waste of money. And I’m very old-fashioned. I wish that the music industry wasn’t so business-orientated and all of that, and artists didn’t have to be all-singing and all-dancing performing monkeys. I think it’s kind of pathetic. It makes a lot of people look bad when they’re probably not bad. I’ve never been involved in one good video. And the only good videos I’ve ever seen are probably a couple of Radiohead ones and that’s it. I think it’s mainly videos are made by people who are just not very talented and have jobs for absolutely no reason I can see.

Even your videos?
But they just have to be made, you know. Well, my ‘Freaking Out’ video I kind of like. You know, but generally they’re just sort of a chore. There’s better things to be doing in life than a video, I think.

You used to describe yourself as somebody who wasn't really at ease with people. Has that changed now that more people have seen your videos and stage shows?
No, because they’re not seeing me, are they? They’re seeing me… er… In a performance they’re seeing… in a show they’re seeing… er… me involved in my own fantasy of what a rock star should do and how a rock star should perform.  Yeah, I’m very unsure of people, any kind of social interaction… erm… erm… but like any performer or creative person I kind of do crave for attention, when I want it. And when I want it and don’t get it I get upset. And when I don’t want it and get it I get upset. So it’s that complicated… er… balance between self-loathing freak and egocentric maniac. And I think a lot of people have… (laugh)… it’s a weird balance. But generally I’m better now than I used to be.

As a member of Blur, you were used to collaborating with other musicians. Now that you’re a solo artist, are there people you’d like to collaborate with?
Who? Who did I collaborate with?

Well, the three other Blur…
Oh. No, that’s not really… Yeah, yeah I guess that’s kind of collaborating. Yeah. Collaboration is weird. I guess I’ve been in the presence of a band and their demands just pissed me off in the end… um… and so the idea of collaboration in any shape or form now is a bit… I’m not interested in it.  I’m quite happy on my own at the moment when I can say, you know, I’d like some… you know, I can have some time off if I want to, if I’m not feeling… feeling it, and don’t feel dragged somewhere to do something I don’t particularly want to do. And I think a lot of my anger, which fuelled a lot of my self-loathing and in turn fuelled a lot of my self-destructive behaviour, was due to that. And really, so I’m loath to go back to any collaborative work with anybody unless it’s going to be absolute fun and nothing else.

In the past, Dave Rowntree played the drums for some of your live shows, didn’t he?
Yeah.

Could this happen again?
No.

Would you be interested in having Dave play the drums on your next album?
No.

So do you mean that your next album will be with your touring band?
No, the same as I always have, just me.

Playing all the instruments yourself?
Mmm. I don’t see any reason to change that.

But it looks like you’re playing with regular people now, so will we get a Graham Coxon band?
Well, one day maybe. Yeah. Maybe one day. But at the moment I’m quite happy as it is. The next album is all demo-ed and I’m ready to record it in January and I know what I’m going to do with drums and all of this, so… er… I’d rather be in the studio and do the work and not sit around. If I’m in the studio I want to work, you know, and not sit around and wait for a bass player to get his part together, you know, which can take a long time in my experience. So I… if I’m in the studio I want to work. And I’m not very good at teaching anybody parts, you know. If I do get a group together then I’d like the music to be unorganized so they can come up with their own ideas, you know, and then it would be proper. But as I’ve got everything sorted out already there’s no point in teaching. I don’t like being a fascist in any way like that.

Now that “Happiness in Magazines” has been a commercial success, are you going to keep…
Well yeah I guess, I dunno, I haven’t kept my eye on the sales too much, so I’m not sure, it’s been alright, yeah.

…are you going to keep releasing your records on Transcopic or are you going to move to a major label?
Well, no, “Happiness in Magazines” was on Parlophone, EMI, so…

so you are going to keep on releasing…?
Well I’m still contracted to them. And erm, you know, with my new… kind of… lighter approach to life, I sort of figured that I should restore my… kind of… relationship with Parlophone because a lot of the members… or people in the staff have changed and so I wanted to see who was there. And I like a lot of the people at Parlophone now.  But it’s kind of still a joint thing between Transcopic and Parlophone, kind of like Blur with Food and Parlophone, I guess.

How does the European audience react at your gigs?
It depends what country they’re from. Yeah.

Where have you been so far?
Swedes on a Monday night are not too responsive. Uh, the Danish are a bit better. Belgium was really good. Belgium was nice, but I think that was because it was a good PA and a good room. Um… French ones are normally great. But I think if I tell them that the Belgian audience was really good then maybe then they’ll make more of an effort to be better than the Belgian ones… er, no… That’s my plan… when I get to London, to tell them that, you know, the European audiences were fantastic and that they’ve got a lot to live up to. I… I don’t know. I like coming to Europe. I like particularly coming to France, actually, because I enjoy the pride here rather than the acquiescent lying down and letting American culture stamp all over it, like we seem to be doing in England. Yeah.

So where are you going to go after Lille? Paris?
Oui. La Cigale. And… Nan… Nantes? Nantes. And… er… Spain. Er… Italy. And Germany. And then home, yeah. And then a show at home. And then, er…

Home at the end of November?
Yeah, towards the end of November, yeah. Yeah, 25th. Show on the 27th in North London and then… er… some rest or maybe just do some peculiar little things for friends, parties and stuff.

Merci, Graham.
Oh, cool.

C’est tout.
C’est tout? C’est ça.

For PRESTO! Fan et Webzine Rock du Grand Nord, www.presto.presse.fr

French version

La semaine dernière se tenait à Londres une exposition de tes dessins et peintures. Quel type de public vises-tu avec tes travaux ?
Je n'y ai pas pensé en fait. Ca n'était destiné à personne, et sûrement pas à un public en particulier. Je n'ai pas vu aussi loin, franchement. J'essaie encore de réfléchir à ce que je fais visuellement, c'est toujours confus pour moi. Donc c'était juste une exposition de choses que j'ai faites par le passé qui n'est pas forcément ciblée ni cohérente d'aucune manière. Mais c'est aussi ce sur quoi j'espère travailler d'ici un moment, trouver où je me situe visuellement, parce que je crois qu'au cours des trois dernières années, j'ai fini par trouver mes racines musicales, après beaucoup d'incertitudes depuis mes vingt ans, et il est peut-être temps que je définisse où je me situe visuellement, en dehors de mes dessins pour albums.

Tu serais intéressé par la création d'un spectacle multimédia, une sorte d'exposition où tu joindrais ta musique à tes peintures ?
Pas vraiment. Non, je pense que c'est beaucoup de peine pour rien. J'ai fait quelques concerts acoustiques pour le vernissage et j'étais gêné, il y en avait trop pour moi. Donc je n'aime pas trop cette idée. J'aime garder les deux distincts, d'une certaine façon. Pour d'autres gens, c'est bien, mais en ce qui me concerne, je n'aime pas qu'on mélange mon art plastique et ma musique.

Lorsque tu fais tes pochettes d'albums et de singles, est-ce que les chansons inspirent les visuels, ou vice versa ?
Euh... non, les dessins doivent toujours incarner l’essence des disques. Vraiment.

Qu'est-ce qui représente le plus un challenge pour toi, t'exposer à travers ta peinture ou jouer de la musique pour un public ?
Challenge n'est pas le mot exact. En fait, au début de l'année, j'avais très très peur à l'idée de jouer devant des gens, mais je l'ai fait et refait depuis, et à présent je prends ça très relax, mais pour l'expo, j'avais très peur. Donc challenge n'est pas le terme. La question serait plutôt de savoir lequel m'effraie le plus. Je pense qu'avoir peur est une bonne raison de faire quelque chose. C'est pourquoi j'ai accepté de faire ça, même si c'est très gênant pour moi.

Où interviennent tes clips dans tout ça ? Est-ce qu'ils représentent un aspect important de ton travail d'artiste ?
Non, je ne pense pas que les clips soient importants. En gros, je perçois les clips comme une perte de temps et d'argent pour tout le monde. C'est vraiment jeter l'argent par les fenêtres. Et je suis très rétro. Si seulement l'industrie musicale n'était pas autant axée sur tout ce business, les artistes n'auraient pas à être tous des singes savants qui chantent et dansent. Je trouve que c'est vraiment pitoyable. Ca fait passer plein de gens pour des nuls alors qu'ils ne sont probablement pas si mauvais que ça. Je n'ai jamais participé à un bon clip. Les seuls bons clips que j'aie vus sont probablement un ou deux clips de Radiohead et c'est tout. Je pense que ça vient du fait que les clips sont faits par des gens qui ne sont pas vraiment doués, et qui ont un boulot sans véritable raison.

Même pour tes clips ?
Il fallait les faire, vous savez. Bon, mon clip pour « Freakin' Out », je le trouve pas trop mal. En général, c'est un peu la corvée. Il y a mieux à faire dans la vie que des clips, à mon sens.

Avant, tu te décrivais comme quelqu'un de pas vraiment à l'aise avec les gens. Est-ce que ça a changé maintenant que davantage de gens voient tes clips et assistent à tes concerts ?
Non, parce qu'ils ne me voient pas, en fait. Ils me voient... dans un spectacle... dans ma propre idée de ce qu'une rock star est censée faire et comment une rock star doit jouer. Oui, j'appréhende beaucoup les gens, toute interaction sociale... mais comme tout interprète ou artiste, en un sens je recherche l'attention des autres, quand je veux. Et quand je la veux et que je ne l'obtiens pas, ça m'énerve. Et quand je n'en veux pas et que je l'obtiens, ça m'énerve. Donc c'est vraiment compliqué... à mi-chemin entre le gars qui doute de lui et l'égocentrique total. C'est un équilibre bizarre. Mais de manière générale, je me porte mieux maintenant que par le passé.

En tant que membre de Blur, tu avais l'habitude de collaborer avec d'autres musiciens. Maintenant que tu fais une carrière solo, est-ce qu'il y a des personnes avec qui tu aimerais travailler ?
Avec qui ? Avec qui est-ce que j'ai collaboré ?

Eh bien avec les trois autres de Blur...
Ah. Non, pas vraiment... Enfin oui, je pense que c'est une espèce de collaboration. Oui. Collaborer, c'est bizarre. Je pense que j'ai fait partie d'un groupe, et que leurs exigences ont fini par me brouter... et donc l'idée de collaborer sous quelque forme que ce soit maintenant, c'est un peu... ça ne m'intéresse pas. Ca me plait d'être tout seul pour l'instant, je peux décider que je veux... par exemple, je peux prendre du temps libre si je veux, je ne me sens pas... traîné de force quelque part pour faire un truc que je ne veux pas vraiment faire. Et je pense qu’une grande partie de ma colère, qui a alimenté  beaucoup de mon ressentiment envers moi-même, qui, à son tour, a engendré mon attitude autodestructrice, venait de là. Donc ça ne me dit pas de recommencer à collaborer avec quiconque, à moins que ça soit uniquement pour le fun et rien d'autre.

Par le passé, Dave Rowntree a joué de la batterie pour certains de tes concerts, non?
Oui.

Ca pourrait se reproduire ?
Non.

Ca t'intéresserait d'avoir Dave comme batteur sur ton prochain album ?
Non.

Donc ça veut dire que ton prochain album sera avec ton groupe de scène ?
Non. Comme j'ai toujours fait, moi seul.

A jouer tous les instruments toi-même ?
Je ne vois aucune raison de changer.

Mais apparemment tu joues avec un groupe fixe maintenant, alors est-ce qu'on aura droit à un « groupe de Graham Coxon » ?
Eh bien, peut-être un jour. Oui. Un jour peut-être. Mais pour le moment, ça me convient comme c'est. Le prochain album est déjà maquetté et je suis prêt à l'enregistrer en janvier, et je sais déjà ce que je vais faire pour la batterie et tout, donc je préfère être en studio pour faire le boulot, ne pas rester dans un coin. Si je suis en studio, je veux travailler, pas rester dans un coin à attendre qu'un bassiste enregistre sa piste, ce qui peut prendre longtemps, je sais de quoi je parle. Donc, si je suis en studio, je veux travailler. Et je ne suis pas très bon pour enseigner des morceaux à quelqu'un, vous savez. Si jamais je monte un groupe, j'aimerais que ça soit désorganisé de telle manière que chacun puisse apporter ses propres idées, alors ça pourrait coller. Mais comme tout est déjà clair pour moi, je ne vois pas aucun intérêt à dicter ce qu’il faut faire à quelqu'un d'autre. Je n'aime pas agir en fasciste comme ça.

Maintenant que « Happiness in Magazines » est un succès commercial, est-ce que tu vas continuer...
Eh bien, oui je pense, je sais pas, je n'ai pas suivi de très près les ventes, donc je n'en sais rien, mais ça a été, oui.

... est-ce que tu vas continuer à sortir tes disques sur Transcopic ou est-ce que tu vas signer une major ?
« Happiness in Magazines » était chez Parlophone, EMI. Je suis encore sous contrat avec eux. Et euh... avec ma nouvelle... sorte de... d'approche plus cool de la vie, j'ai pensé que peut-être je devrais rétablir ma relation avec Parlophone parce que de nombreux membres de l'équipe ont changé et donc je voulais voir qui y était. Et j'apprécie beaucoup des gens de Parlophone aujourd'hui. Mais il y a toujours une sorte de lien entre Transcopic et Parlophone, un peu comme Blur avec Food et Parlophone, je crois.

Comment réagit le public européen à tes concerts ?
Ca dépend du pays. Oui.

Tu es allé où jusqu'ici ?
Les Suédois un lundi soir ne sont pas très réceptifs. Euh, les Danois sont un peu mieux. La Belgique, c'était vraiment bien. C'était sympa en Belgique, mais je crois que c'était parce que c'était une bonne salle avec une bonne sono. Hmm... les Français sont d'habitude très bien. Mais je pense que si je leur disais que le public belge était vraiment bon, peut-être qu'ils feraient un effort pour faire mieux que les Belges... C'est mon plan... quand je rentrerai à Londres, de leur dire que les publics d'Europe étaient fantastiques et qu'il faut qu'ils se bougent. Je ne sais pas. J'aime bien venir en Europe. J'aime bien en particulier venir en France, en fait, parce que j'apprécie leur fierté, il n'y a pas ce consentement à laisser la culture américaine prendre le dessus, comme on dirait qu'on fait tous en Angleterre. Oui.

Où vas-tu aller après Lille ? Paris ?
Oui. [EFDLT] La Cigale. Et… Nan… Nantes? Nantes. Et… euh… en Espagne. En Italie. Et en Allemagne. Et ensuite à la maison, oui. Et puis, un concert à la maison. Et ensuite, euh...

De retour fin novembre ?
Oui, vers la fin novembre. Oui, le 25. Concert le 27 dans le nord de Londres, et ensuite... euh... repos, ou peut-être quelques petits trucs pour des amis, des fêtes et autres.

Merci, Graham.
Ah, cool.

C’est tout.
C’est tout? C’est ça. [EFDLT]


Un grand merci à Thib (des Pafnouties) pour la traduction


maryse@laloux.nom.fr

[Back to gigs]